L'abandon à soi

 

Dans les tréfonds de toi tu trouveras la substance qu'il te manque, celle dont tu es orphelin depuis toujours, celle qui t'assoira dans le trône de l'oubli. Celle que tu pourras te redéfinir en permanence car tu auras oublié qui tu es. C'est dans cet espace que tu repasseras régulièrement pour être à neuf, c'est à dire ouvert à ce qui peut arriver. Cette substance c'est l'oubli de soi, c'est une valeur féminine très forte et c'est en cela que le féminin a besoin de sécurité car s'il est capable de réunir l'oubli et la sécurité  il peut alors tout être à chaque instant. Si tu as la sécurité alors recherche l'oubli pour pouvoir te réinventer en permanence. Ce sont ces deux polarités qui permettent d'être un esprit libre en mouvement et en action c'est à dire un être qui empreinte la matière, conscient que chaque pas en appelle un autre. La certitude n'existe pas car elle est immobilité générale. Le mouvement est le seul roi de la vie, le seul qui respecte profondément la nature même de la vie qui n'est qu'invention permanente. Comprendre la vie, c'est comprendre son mouvement et l'épouser. Soit s'abandonner complètement à soi même et donc abandonner tout ce qui nous fait, tout ce qui nous redéfini. C'est comme si à chaque instant on oubliait totalement qui on était pour pourvoir être un être neuf, à chaque instant. Imagine ce que cela demande, de lâcher à chaque instant qui on est pour se permettre d'être sans distorsion, dans la sécurité d'éclairer le monde de sa présence. S'oublier totalement et au même instant accueillir qui l'on est dans sa conscience au monde. S'oublier, comprends moi bien veut dire, oublier tout ce que l'on pense que l'on est car comment s'inventer dans l'instant si l'on traine le poids de l'être du passé. Il n'y a pas de lignée dans le rapport à soi même, qu'un accolement de fragment de soi mis bout à bout, instant après instant. il n'y a aucune fidélité à avoir à soi même si tu veux réellement accueillir l'instant, tu dois réellement oublier ce que tu as été et laisser émerger dans cet instant ta présence nouvelle que tu abandonneras dans l'instant d'après pour être neuf à nouveau. Ce qui nous fatigue réellement c'est le poids de qui on est (qui on croit être) car cette nourriture mentale pèse des tonnes et brouille l'expérience qu'il y a à vivre dans l'instant. Il n'y a pas un instant où tu ne peux te libérer de ce que tu es, car tu es le seul à définir ce que tu es, tu as ce pouvoir là et tu es le seul à pouvoir l'exercer. La vérité c'est que tu laisses ce pouvoir vacant dans la fuite de tes responsabilités  Ta responsabilité : t'abandonner dans la sécurité du mouvement de la vie. Car c'est bien le mouvement de la vie qui te protège de tout. Aucune prison ne peut te retenir dans le mouvement de la vie, sauf l'arrêt, le refus de ce mouvement. Laisse toi traverser par la vie, cet appel à s'abandonner à chaque instant, laisse tomber tes armes car dans cette course à soi, il n'y ni départ ni arrivée, il y une pulsation chaque fois nouvelle de révélation de soi. Étonne toi de la multitude de tes parties car chaque instant vient les révéler. La vie nous fait peur, elle nous a toujours fait peur, la mort au contraire ne nous effraie pas. Car dans la vie réside un pouvoir que nul ne peut contrôler l'abandon à soi.

 

(canalisation du Dragon Noir)

 

Please reload

à l'affiche

Le sens de la liberté

November 7, 2019

1/10
Please reload

posts récents

November 7, 2019

August 30, 2019

April 29, 2019

March 24, 2019

February 25, 2019

February 7, 2019

January 1, 2019

November 29, 2018

Please reload