Toi, Moi ou l'énergie du nous



Dans la relation à deux il y a toujours ce rêve que tout soit fluide, l'illusion du long fleuve tranquille.

Mais les incompréhensions sont la réalité de la relation et elles créent des colères et des tristesses qui sont aussi sur un autre plan, une invitation à la compréhension du monde de l'autre.


L'évolution dans la relation d'amour est pour moi, une évolution temporelle, là où guérir des dissonances prenait des jours, cela prend des heures et puis un jours moins que ça.

Nombreuses sont les voix en moi qui se réveillent quand je ne me sens pas compris ou que je ne comprends pas ma compagne. Mon égo blessé active les peurs en moi et remue les émotions.

Il ne s'agit ni de taire l'égo ni de le suivre les yeux fermés. Il est d'abord important de le reconnaître et d’accueillir l'énergie qui se présente à ce moment là. Derrière ce qui m’apparaît souvent comme quelque chose que je veux, il y a quelque chose que je ne veux pas vivre, c'est à dire ma peur (être contrôlé, jugé, reproché, etc...), quelque chose qui se dresse en moi pour me défendre. Quand cette énergie est là, il est difficile pour moi de continuer à voir que ce que je souhaite profondément c'est être en lien. En effet, je suis alors dans des énergies qui me séparent. Mon mental me dit qu'il faut que je me coupe pour sauvegarder qui je suis, pour conserver ma partie personnelle, mon moi. Alors que profondément c'est le lien qui me sécurise, c'est lui qui me calme et m'apaise. C'est bien revenir nourrir l'énergie relationnelle qui va m'apporter cela et pas ma part égotique qui n'est dirigée profondément que par les blessures et les peurs.

Commence alors pour moi un chemin qui peut être long ou court, suivant ma faculté à m’accueillir dans ce que je vis à ce moment là. Descendre dans ce qui me fait peur, identifier la part de moi qui s'exprime, la reconnaître, lui laisser de l'espace mais pas les commandes. La question est : au service de qui j'ai envie d'être ? Ma part égotique qui peut satisfaire certains de mes besoins, pour un temps limité, m'apporter un sentiment de puissance mais quelles conséquences cela aura ? Ou la part relationnelle ? Est-ce que je veux être seulement moi ou plus que moi ? C'est illusion dans laquelle je suis longtemps resté,

croire que je n'ai le choix qu'entre me servir ou servir ma compagne, me nourrir ou me nier. Le choix de nourrir l'espace relationnel ne me nie pas, il fait fructifier le plan où je suis pleinement en relation avec l'autre, où j'existe dans le lien, où je ne ressens pas la séparation. Je peux être un moi serein et uni, avec moi et avec elle.


De manière générale, le choix n'est pas entre moi ou l'autre puisque je suis contenu dans l'autre et l'autre est contenu en moi.


(texte conçu à partir de ce que ma compagne Cécile Dahan m'a transmis et qui m'a beaucoup inspiré)

à l'affiche
posts récents